Français
Wednesday 12th of August 2020
  12
  0
  0

Les bases naturelles des droits familiaux et sociaux.

Les bases naturelles des droits familiaux et sociaux.

Le Martyr Motahari veut sous ce titre indiquer les droits qui ne sont transférables d’un membre de la société vers un autre.

Selon lui le meilleur moyen de légiférer sur les droits régissant les actes mutuels de l’homme et de la femme, est de chercher les racines et les principes des droits familiaux, comme des autres droits, dans la nature. Nous pouvons séparer, sur la base des aptitudes naturelles de l’homme et de la femme, les droits et les devoirs semblables de ceux qui sont différents.

Droits Sociaux

Est-ce que dans les droits familiaux, les membres de la famille sont égaux en des droits primitives et différents en des droits acquis ?

Sur ce point il existe deux avis:

Le premier point de vu stipule que dans la famille l’homme, la femme et les enfants disposent de droits primitifs et égaux et ce n’est qu’en droits acquis qu’ils se différentient. Par ces différences se désignera celui qui sera chef ordonnant ou qui sera membre subordonné. Autrement dit, la qualité de fécondateur ne détermine en rien le droit légitime de père ou de mère. On retrouve ici la même loi de ‘similarité des droits de l’homme et de la femme dans le régime du droit familial’ qu’on a faussement dénommé « l’égalité des droits ».

Le deuxième point de vu sur cette question est que les droits premiers des membres de la famille sont différents. Le mari en tant qu’époux et père a des devoirs et une autorité, la femme en tant que mère et épouse des devoirs et une autorité spécifique et il en va de même pour les enfants. C’est cette même loi qui reconnaît l’égalité entre les membres de la famille mais ne reconnaît pas la similitude entre ces membres. L’Islam a admis cet avis et a établis une division des devoirs familiaux. Le Martyr Motahari attire l’attention sur la nature des droits familiaux de l’homme et de la femme, puis il soulève deux questions:

- Les différences naturelles entre l’homme et la femme se limitent-elles à la différence des appareils génitaux ou va au-delà de cela ?

- Le problème de la détermination des droits de l’homme et de la femme est-il conditionné par les différences naturelles entre ces deux êtres ?

Les études précises et les recherches biologiques et psychologiques ne laissent aucun doute que les différences entre l’homme et la femme sont bien au-delà de la question de l’appareil génital. La médecine physiologique et biologique dit que les différences profondes entre l’homme et la femme causent certaines différences dans leurs droits et leurs devoirs.

Du manque d’attention de ces différences naturelles entre ces deux sexes, les féministes ont cru que ces deux sexes peuvent recevoir une seule forme d’éducation et assumer des tâches et des responsabilités similaires. Or la femme diffère de l’homme sur différents points. Chaque cellule de son corps et de ses organes, surtout son système nerveux, portent une marque de sa féminité. Les lois physiologiques ne peuvent pas se recréé selon nos désirs. Les femmes doivent exploiter et développer leurs dons naturels dans leurs propres chemins sans imitation aveugle à l’homme. Leurs devoirs sur le chemin de l’évolution humaine sont plus importants que ceux de l’homme et elles ne doivent pas l’abandonner ni la négliger. C’est sur cette même différence que l’éducation des filles doit différer de celle des garçons.

 

 

Les différences entre la femme et l’homme.

Le martyr Motahari rejette explicitement l’avis de ceux qui se servent des différences entre l’homme et la femme pour argumenter et prouver la supériorité de l’homme sur la femme.

L’allusion au défaut de la femme était plus importante en occident qu’elle ne l’était en orient. Les occidentaux n’ont pas respecté de limite pour minimiser la femme. Il était parfois dit de l’E'glise et des religions que ‘la femme doit avoir honte d’être une femme’ ou bien: ‘la femme est l’être qui a des cheveux longs et dont la sagesse est courte.’; ‘La femme est le dernier être sauvage que l’homme a domestiqué’; ‘la femme est entre l’animal et l’homme.’ Etc.…

Or les différences entre l’homme et la femme viennent de la proportion et non d’un défaut ou d’un manque de perfection. C’est en fonction du rôle de chacun dans la vie que la nature a envisagé leurs particularités.

Lorsque le martyr Motahari se met à étudier les avis de Platon et d’Aristote, on y trouve que selon Platon l’homme et la femme ont des aptitudes semblables et la femme peut donc assumer les mêmes devoirs que ceux de l’homme. Mais Aristote, est d’un avis contraire à celui de son maître et dit que les devoirs que la nature a désigné pour l’homme et la femme sont différents, il précise que les vertus que chacun d’entre eux leurs appartiennent spécifiquement.

La science et les recherches d’aujourd’hui montrent plusieurs différences sur le genre des droits et des devoirs, et la place qu’ils tiennent dans la continuité des générations. La nature a créé l’homme et la femme pour la continuité des générations, la coopérations des deux sexes est nécessaire, elle projette leur réunification et leur a donné des sentiments leurs demandant de vivre l’un avec l’autre. Si la femme avait des caractères masculins, il lui serait impossible pour elle d’attirer l’homme. De même que si un homme possédait des qualités physiques et psychiques de la femme, une femme ne pourra jamais le considérer comme champion de sa vie et elle-même ne considèrera la conquête du cœur de cet homme, comme un grand art. L’homme est créé conquérant du monde et la femme conquérant de l’homme. Voici le grand chef d’œuvre de la création. Créer deux êtres de sortes que chacun cherche l’autre et veut le bonheur de l’autre, permettant ainsi au sacrifice d’un chacun pour la cause de l’autre un moment agréable pour tous. Ce sacrifice n’est pas né d’un besoin sexuel et charnel ni d’un sentiment d’exploitation de l’autre. Il n’est pas non plus géré par les relations entre l’homme et les objets, mais bien une relation affectueuse qui aboutit à l’union entre ces deux sexes, et entraîne cet amour tant convoiter entre ces deux êtres. Comme le Coran le dit:

و من آياته أن خلق لكم من انفسكم ازواجا لتسكنو اليها و جعل بينكم مودة و رحمة

Parmi ses signes: il a créé pour vous, tirées de vous, des épouses afin que reposiez auprès d’elles et il a établi l’amour et la bonté entre vous.[xi][11]


source : http://www.alhassanain.com/french
  12
  0
  0
امتیاز شما به این مطلب ؟

latest article

    Les Compagnons
    L'existence Du Créateur
    Chapitre 2 L'étape de la première enfance
    Les effets spirituels et pratiques de la croyance religieuse
    L’ayatollah Javadi Amoli : Kaaba pivot de la liberté
    La purification de l’âme
    La Source De La Vulnérabilité Des Lois
    L’hospitalité
    L'Imam Khomeiny, le compagnon éternel' de l'histoire
    Une Américaine, doctorante en sciences politiques, décide de se dévoiler pour sa propre ...

 
user comment