Français
Thursday 24th of September 2020
  41
  0
  0

Aisha exposée par Cheikh Yassir al-Habib

Aisha exposée par Cheikh Yassir al-Habib Le Discours du Cheikh Al-Habib du 17 Ramadhan 1432 sur Aisha Date : 2011 / 08 / 24 (traduit de alqatrah.org)
Aisha exposée par Cheikh Yassir al-Habib

Aisha exposée par Cheikh Yassir al-Habib
Le Discours du Cheikh Al-Habib du 17 Ramadhan 1432 sur Aisha
Date : 2011 / 08 / 24 (traduit de alqatrah.org)

Dans la célébration de l'anniversaire de la mort de l'ennemi de Dieu Aisha fille d'Abu Bakr (Que la malédiction de Dieu soit sur eux deux) le 17 du mois sacré du Ramadan 1432, l'organisation Khoddam al-Mehdi (Paix soit sur lui) a organisé une cérémonie spéciale dans laquelle Cheikh Yasser al-Habib (Que Dieu prolonge sa vie) a prononcé un discours très instructif.

Cheikh al-Habib a commencé son discours en louant Dieu le Très-Exalté et en envoyant ses sincères félicitations au Saint Prophète et à sa pure famille (Paix soit sur eux) ainsi qu'à tous les croyants, hommes et femmes.

Son éminence a ensuite poursuivi en disant; on nous demande: « Pourquoi et pour quelle raison nous célébrons les anniversaires de la mort des ennemis de la pure famille du Prophète (Paix soit sur eux)? » Bien que nul n'est censé remettre en question l'importance de la tenue de telles cérémonies dans lesquelles nous déclarons notre dissociation complète de ces individus.

"Tout comme nous devrions célébrer les anniversaires de naissance de nos Infaillibles pures (Paix soit sur eux), nous devrions aussi célébrer les anniversaires de mort de leurs ennemis. Car en célébrant l'occasion de leurs anniversaires de naissance, nous renouvelons et démontrons, notre Muwalaat complète [1] pour nos infaillibles purs que Dieu nous a commandé d'aimer et de suivre. Nous devons considérer aussi que par la célébration des anniversaires de mort de leurs ennemis, nous renouvelons et démontrons notre complète Bara'a [2] de leurs ennemis."

Ce n'est certainement qu'une confirmation du hadith suivant; le saint Prophète (Paix soit sur lui et sa pure famille) a dit: «Si vous trouvez des gens de l'innovation et la suspicion après moi, Démontrez votre dissociation d'eux et traitez les avec beaucoup de mots de condamnation», ce qui explique pourquoi nous célébrons ces occasions puisqu'il n'y a pas de moyen plus efficace de démontrer la dissociation des ennemis de la pure famille du prophète (Paix soit sur eux) que par de telles cérémonies.

En ce qui concerne la raison pour laquelle nous mettons l'accent sur la célébration de l'anniversaire de mort d'Aïcha, en particulier, le cheikh al-Habib a annoncé: "Nous avons déclaré la guerre à Aicha, car il y a des traditions du Saint Prophète (paix soit sur lui et sa famille pure) rapportées à la fois par les chiites et les non-chiites, qui nous commandent de déclarer la guerre aux ennemis de la famille pure du Prophète (paix soit sur eux)."

Par exemple, il a été rapporté dans les livres de Hadith Bakri, y compris Mousnad Ahmed, Mousnad Ibn Abi Chayba, Mu'jam At-Tabarani, ainsi que Sahih Ibn Hibban avec une bonne chaîne de narrateurs (c.-à-Sanad Hasan) sur l'autorité de Zaid ibn al-Arqam et Abu Huraira, «le messager de Dieu a regardé Ali, Fatima, Hassan et Hossein (Paix soit sur eux, cela a également été mentionné dans le hadith) et dit: Je suis en guerre contre ceux qui font la guerre contre vous et en paix avec ceux qui sont en paix avec vous."

Et comme personne ne contrarie le fait que Aisha a déclaré la guerre contre la sainte famille du Prophète( Paix soit sur eux) quand elle est montée sur son maudit chameau, pour se rebeller et mener la guerre contre le chef d'Ahl al-Bayt après le Prophète qui est le prince des fidèles l'Imam Ali(Paix soit sur lui). Qui fait partie de ceux dont le saint Prophète (paix soit sur lui et sa famille pure) a déclaré: «Je suis en guerre contre ceux qui font la guerre contre vous et en paix avec ceux qui sont en paix avec vous.» et puisque Dieu le Très-Exalté dit dans le Saint Coran au chapitre 33 verset 21: {Vous avez, dans le Prophète de Dieu, un si bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier, et qui évoque souvent le Nom du Seigneur. } , aujourd'hui, nous nous engageons à suivre l'exemple du prophète (Paix soit sur Lui et sa pure famille) et nous déclarons la guerre à Aisha".

Nos Imams (Paix soit sur eux) nous ont enseigné à répéter la tradition «Je suis en guerre contre ceux qui font la guerre contre vous et en paix avec ceux qui sont en paix avec vous.» quand nous leur envoyons nos salutations lors de la lecture de la Ziarat Achoura et Ziarah al-Jamia. En conséquence, il faut agir par déclarer la guerre à tous ceux qui ont fait la guerre contre la pure famille du Prophète (paix soit sur eux) sans exception.

En d'autres termes, on ne doit pas se contenter de faire la guerre contre une partie des ennemis de la pure famille du prophète (Paix soit sur eux), tels que Mu'awiya et Yazid lors des dix premiers jours du mois de Moharram, mais plutôt, il convient également de confronter et de faire la guerre contre une telle «cruelle et hostile criminelle de guerre » qui n'est autre que la fille d'Abu Bakr, Aisha, qui a tué et assassiné le saint Prophète de l'Islam (paix soit sur lui et sa famille pure). Comment pouvons nous nous taire sur un tel crime commis contre la personne la plus chère et la plus précieuse à tous les musulmans?

En outre, si les Bakris choisissent de fermer les yeux sur les crimes innombrables commis par Aisha qui incluent:

Son assassinat du Prophète (paix soit sur lui et sa famille pure) en l'empoisonnant;

Son incitation et sa rébellion contre l'Imam de son temps (c.-à-Imam Ali que la paix soit sur lui);

le massacre qu'elle a commis et qui a fait verser le sang d'à peu près 30000 innocents musulmans, sa prosternation de joie lors du martyr d'Imam Ali (Paix soit sur lui)

son attaque des funérailles de l'Imam Al-Hassan (Paix soit sur lui) en tirant des flèches sur son cadavre afin d'empêcher son enterrement à côté de son grand-père,

son persiflage contre sainte Fatima-Azzahra (Paix soit sur elle) en exprimant son bonheur le jour où elle a été martyrisée, Et il n'existe aucun moyen pour qu'ils nient le fait que c'est bien elle qui a mis en place l'innovation (bida'a) de l'allaitement de l'adulte dans la religion de l'Islam.

Selon le hadith suivant rapporté par Anas: «Le messager d'Allah que la paix soit sur lui [et sa famille pure] dit, quand un innovateur meurt, l'Islam a triomphé» [3].Indépendamment du fait que le jour où mourut Aisha est déjà un jour de victoire, car ça coïncide avec la première grande victoire de l'Islam, à Badr, il est également un jour de victoire et de jubilation pour tous les musulmans, car Aisha, est une innovatrice, et puis elle-même admit qu'elle avait fait beaucoup de mal comme Ibn Qutayba a rapporté:

"...Quand elle (c.-à-Aisha) avait à peu près soixante-dix. Elle a été demandé:« Allons-nous vous enterrer aux côtés du Messager d'Allah?" Elle répondit:"non, j'ai fait des innovations après lui. Enterrez-moi avec mes sœurs." Alors, elle a été enterré dans le cimetière du Baqi' [4].

Par conséquent, et selon les (Hadiths) traditions précédentes et aussi selon ce Hadith bien connu: «Tout acte crée dans la religion est une innovation, et toute innovation est un égarement, et tout égarement est voué à l'enfer", le jour où mourut Aisha devrait être une journée de la victoire et de la jubilation pour tous les musulmans.

Son éminence a ensuite présenté un Hadith comme preuve et qui est rigoureusement authentique selon les Bakris, supportant le fait que Aisha (Colère et malédiction d'Allah soit sur elle) était une hypocrite qui ne croyait même pas en Allah le Tout Puissant ou en Son messager.

Première évidence:
Le hadith rapporté par Boukhari et Mouslim ainsi que par de nombreux collecteurs de hadiths bakris, et raconté par Hisham par son père, dit: Khaula bint Hakim était une de ces femmes qui se sont présentées au Prophète pour le mariage. Aïcha a dit: «n'a t-elle pas honte d'elle même, celle qui s'offre à un homme?» Mais lorsque le verset suivant a été révélé : «Libre à toi de faire attendre celle de tes épouses que tu voudras, de retenir près de toi celle que tu voudras et de reprendre l'une de celles que tu avais écartées. Cela est de nature à les consoler, à leur épargner la tristesse et à les rendre toutes heureuses des faveurs que tu pourras leur accorder. Dieu lit si bien dans vos cœurs. Il est Omniscient et Compatissant.» (33.51), Aïcha a proclamé :« ô Messager d'Allah! Je vois si bien que ton Dieu se précipite pour plaire à tes propres convoitises et désirs! »

En prononçant ces mots de l'incrédulité Aisha a violé des versets importants du Coran qui sont les premiers versets du chapitre 53 : « Au nom d'Allah, le tout Clément, le tout Miséricordieux. Par l'étoile à son déclin ! , Votre compagnon ne s'est pas égaré et n'a pas été induit en erreur , et il ne prononce rien sous l'effet de la passion , ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée.» Comment peut elle attribuer à Allah de suivre les désirs de son messager??

Deuxième évidence:
Rapporté par Abou Ya'la et Abou al-Cheikh al-Asbahani [5] dans son livre «Amthal al-Hadith », que « Une fois Aïcha en colère a dit (au Prophète): «Et vous prétendez que vous êtes le prophète de Dieu", Le prophète (paix soit sur lui [et sa famille pure] a souri et s'est abstenu.»

Il a également été rapporté dans Al-Sira Al-Halabiya, par Ali ibn Burhan al-Din al-Halabi[6], que le saint Prophète(Paix soit sur lui [et sa famille pure] ordonna aussitôt à ses deux épouses Aisha et Safiya à échanger leurs chameaux pour assurer que le passage de la caravane ne serait pas retardé puisque le chameau d'Aisha était plus rapide que celui de Safiya qui a été plus lourd vu qu'il était surchargé. Ici Aisha clama:

«Vous prétendez que vous êtes un messager? Le Prophète a répondu:«Est ce que tu en doutes?» Aïcha a dit: "Pourquoi vous ne rendez pas justice alors!" En entendant cela, Abou Bakr lui donna une gifle. Le Prophète dit alors: "Laisses la, une femme jalouse ne connaît pas le bas de la vallée de son sommet!»

Ici, Aisha a contesté l'équité du Messager de Dieu, et a montré qu'elle ne croyait même pas en Messager d'Allah. Et il est clair qu'il y a un ajout fabriqué, pour la suite du hadith, que le Prophète (Paix soit sur lui et sa pure famille) a justifié les paroles d'Aisha, par son sentiment de jalousie, une excuse pas du tout acceptable puisque la jalousie a des limites, et puis si une femme commet un crime, sa jalousie, ne serait jamais un alibi approuvé!

Troisième évidence:
Rapporté dans al-Awsat du at-Tabarani et dans al-Tarikh d'al-Khatib, "Une fois le prophète (Paix soit sur lui [et sa famille pure]) et Aisha avaient une scène de ménage. Abou Bakr est venu pour intervenir en tant qu'arbitre. Le Prophète que la paix soit sur lui [et sa famille pure] a dit (à Aisha), «Je parle ou tu parles?».

Elle a dit: «Tu parles, mais tu ne dois dire que la vérité!». Abou Bakr l'a giflé jusqu'à ce qu'elle a saigné de la bouche. et dit: «ô adversaire d'elle-même! Dit il autre que la vérité!» En conséquence, elle courut prendre refuge en s'asseyant derrière le Prophète que la paix soit sur lui [et sa famille pure]. Qui a donc dit à Abou Bakr,'Nous ne vous avons pas invité pour ceci, ni ne nous voulions que vous faites une telle chose.»

Ceci est une preuve que cette femme n'avait pas la croyance en le Prophète (paix soit sur lui et sa famille pure), car pour tout vrai croyant musulman, le Prophète d'Allah dit la vérité et rien que la vérité.

Quatrième évidence:
Rapporté par Abd bin Hamid dans son Mousnad, ainsi qu'at-Tabarani avec un Sanad Sahih (c.-à-chaîne authentique de narrateurs) que «le prophète que la paix soit sur lui [et sa famille pure] rentrait chez Aisha accompagné par Abou Bakr, quand il a demandé: O Aisha, apportes nous à manger! Aisha a répondu:«Je jure par Allah, nous n'avons pas de nourriture» le Prophète dit alors: «Apportes nous à manger!», Aïcha répéta: «Je jure par Allah, nous n'avons pas de nourriture», le Prophète a répété sa demande pour la troisième fois, «Apportes nous à manger», Aisha répondit à nouveau, «Je jure par Allah, nous n'avons pas de nourriture».

En entendant cela, Abou Bakr dit: «ô Messager d'Allah, une femme croyante ne jurerait pas qu'elle n'a pas quelque chose quand elle l'a !», notre prophète répondit: «Et qui vous dit qu'elle est croyante ou pas? Une femme croyante est comme un crave à bec rouge parmi les corbeaux. Le feu a été créé par les insensés, et les femmes en vérité font partie des insensés, sauf celles dont les cœurs sont éclairés par la justice et la vraie croyance (Emaan)"[7]

Ce qui est une autre claire preuve de l'incertitude de la croyance d'Aisha (Maudite soit elle).

Cheikh al-Habib a ajouté que si les adversaires de la pure famille du prophète (Paix soit sur eux) continuent à fermer les yeux sur ces récits rapportés dans leurs propres livres de Hadith, alors les versets coraniques du chapitre 66, révélés pour la condamnation de Aisha et Hafsa sont suffisants pour prouver que Aisha était auteur de méfaits et de pêchés, et dont le cœur est dévié du droit chemin.

Allah le Tout puissant a prévenu Aïcha et Hafsa que ce n'est pas parce que simplement elles ont épousé le Prophète,qu'elles seraient exemptées d'aller en enfer, tout comme l'épouse de Noé et l'épouse de Luth qui n'étaient pas exemptées d'aller en enfer. Et c'est principalement ce point que Cheikh al-Habib a essayer de faire passer.

Cheikh al-Habib a ajouté un hadith rapporté par Ibn Abbas: «J'étais empressé de demander Umar ibn Al-Khattab qui étaient les deux femmes parmi les épouses du Prophète à l'égard desquelles Allah a dit: «Si vous vous repentez à Allah c'est que vos cœurs ont fléchi.» J'ai attendu jusqu'à ce que Omar effectue le pèlerinage que j'ai effectué avec lui.

(Sur le chemin) Omar s'éloigna pour faire sa toilette, et je suis également allé de son côté en lui apportant un gobelet d'eau, et quand Umar finit, je versa l'eau sur ses mains pour son ablution. C'est alors que je lui ai dit, "O chef des croyants qui étaient les deux femmes parmi les épouses du Prophète à l'égard desquelles Allah a dit:«Si vous vous repentez à Allah c'est que vos cœurs ont fléchi.»(66,4) Il a dit,« Je suis étonné de votre question, ô Ibn Abbas. Elles étaient Aisha et Hafsa.»[8]

Inutile de dire, qu'il n'y a pas de verset qui stipule qu'Aisha ou Hafsa se sont repenties après que leurs cœurs avaient dévié ou que Allah l'Exalté a accepté leur repentance n'importe où dans le Coran.

Dans le même moment, nous trouvons dans le Coran l'exemple des trois compagnons du Prophète qui étaient restés derrière et n'avaient pas pris part à la bataille de Tabouk, mais qui ont par la suite demandé à Allah le pardon,

"Et [Il accueillit le repentir] des trois qui étaient restés à l'arrière si bien que, toute vaste qu'elle fût, la terre leur paraissait exiguë; ils se sentaient à l'étroit, dans leur propre personne et ils pensaient qu'il n'y avait d'autre refuge d'Allah qu'auprès de Lui. Puis Il agréa leur repentir pour qu'ils reviennent [à Lui], car Allah est L'accueillant au repentir, le Miséricordieux . »[9]

Allah le Tout puissant a annoncé le repentir de ces trois compagnons, ainsi que son acceptation de leur repentir dans le Saint Coran, le livre le plus véridique de tous les livres. Cependant, il n'a pas éclairci tout cela pour Aisha. En conséquence, nous croyons que Aisha est une non-croyante et qu'actuellement elle brûle en enfer.

---------------------------------------------------------------

[1] Aimer, se lier et suivre Mohammad et sa pure famille (paix soit sur eux).

[2] Fuir, éviter et se dissocier complètement des ennemis de la pure famille du Prophète (paix soit sur eux).

[3] Histoire de Bagdad, par al-Khatib al-Baghdadi, numéro 1831, vol. 4, P. 158.

[4] Al-Ma'arif par Ibn Qutayba, P.135.

[5] Auteur de Tabaqat al-Muhaditheen fi Asbahan.

[6] Un historien et érudit Bakri.

[7] Musnad al Shamiyyin par At-Tabarani, vol.4, P.91.

[8] Sahihul-Bukhari, 7,119

[9] Saint Coran, 009,118


source : alhassanain
  41
  0
  0
امتیاز شما به این مطلب ؟

latest article

Le Mariage de l`Imam Ali(p) et Fatimah al-Zahra(p)
Du'â' Wârith (Ziyârat Wârith)
Mahdi, le réformateur
La Justice Devine et L’explication de la Conduite Humaine dans L’école D’ahl-ul bayte
Qui était Fatima al-Zahra (P)
Biographie de Salman al Farisi
Fatimah après le décès du Prophète (p)
Du'â 'Alqamah
Le second voyage du Prophète (s) en Syrie et son mariage avec Khadîja (as)
La réponse de l’Imam Hussayn (S.L.) à Horr

 
user comment