Français
Monday 8th of March 2021
70
0
نفر 0
0% این مطلب را پسندیده اند

Amnesty International : Égypte a appliqué les tribunaux pour réprimer les journalistes

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Selon un rapport de l'Agence, publié dimanche, au moins 18 correspondants et personnel actif dans les médias est emprisonné en territoire égyptien et des dizaines plus sont sous enquête criminelle, même certains d'entre eux sont condamnés à plusieurs années en prison sans avoir été traitées et sans que leur malgré toute accusation.
Amnesty International : Égypte a appliqué les tribunaux pour réprimer les journalistes

Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Selon un rapport de l'Agence, publié dimanche, au moins 18 correspondants et personnel actif dans les médias est emprisonné en territoire égyptien et des dizaines plus sont sous enquête criminelle, même certains d'entre eux sont condamnés à plusieurs années en prison sans avoir été traitées et sans que leur malgré toute accusation.

"En Egypte, toute personne qui est au contraire le récit officiel des autorités, critiquer le gouvernement ou exposer des droits de l'homme violations aujourd'hui court le risque d'être renvoyés à une cellule, souvent d'être détenus indéfiniment sans inculpation ni jugement, ou faire face à un procès sur les matches truqués frais," a critiqué l'Agence.

En réponse à ces plaintes, le ministère des affaires étrangères du pays nord-africain a veillé à ce que l'arrestation des journalistes a été due à une décision émise par le Bureau du procureur.
 
"Personne n'est d'être cible d'être des journalistes. Ces allégations sont politisées et dénué de sens, "a déclaré le portefeuille égyptien.

Cependant, Amnesty International insiste sur le fait qu'il n'y a pas de document contre des prisonniers et que la plupart d'entre eux sont détenus par des témoignages des forces de sécurité.
 
Les organisations des droits de l'homme accusent le gouvernement égyptien dirigé par Abdel Fatah al-Sissi, de persécuter l'opposition et de violer la liberté d’expression, après que le président légitime Mohammed Morsi, le mouvement des Frères musulmans (FM) à l'extérieur renversé en 2013, après un coup d'Etat militaire dirigé par l'actuel président.

Les autorités égyptiennes ont été ajoutées au mouvement susmentionné dans la liste des organisations terroristes et depuis lors, ont réprimé leurs membres, ainsi que tout acte à l'appui de la même.
 
Dans cette ligne, un tribunal égyptien a condamné, en avril dernier, à peine de la mort d'un journaliste, et 13 autres à la réclusion à perpétuité pour avoir participé à un sit-in contre le gouvernement qui s'est tenue en août 2013 à la Raba al-Adawiya square, situé au Caire, la capitale.


source : abna
70
0
0% (نفر 0)
 
نظر شما در مورد این مطلب ؟
 
امتیاز شما به این مطلب ؟
اشتراک گذاری در شبکه های اجتماعی:

latest article

Un Général israélien reconnait les liens entre Daesh et l’entité sioniste
EIIL admet la responsabilité de l'attentat contre la cérémonie chiite en Arabie saoudite
Création de 30 centres coraniques officiels dans la province de Fars en Iran
Allemagne: manif anti-islam à Dresde
Commémoration de l’Arbain s'étend dans toute l'Asie
Yémen: John Kerry appelle Ansarullah à la table de dialogue
Devant l'ambassade saoudienne à Rome condamné l'agression Riad au Yémen
Rejoindre la nouvelle chaîne de nouvelles ABNA24 dans le télégramme
France "déplore vivement" décapitations en Arabie Saoudite
Yémen : comment l'offensive terrestre de Riyad a échoué ?

 
user comment