Français
Friday 7th of August 2020
  555
  0
  0

Le Conseil central islamique se réunit pour parler de justice

Le Conseil central islamique se réunit pour parler de justice

 La deuxième conférence annuelle du Conseil central islamique suisse (CCIS) a réuni entre 1500 et 2000 personnes samedi à Granges-Paccot (FR).

La deuxième conférence annuelle du Conseil central islamique suisse (CCIS) a réuni entre 1500 et 2000 personnes samedi à Granges-Paccot (FR), selon les organisateurs. Des contre-manifestations se sont déroulées dans le calme, a indiqué la police.

Ces deux rassemblements autorisés ont réuni une trentaine de personnes à l'extérieur du centre de congrès Forum Fribourg. Encadrés par la police, les manifestants ont quitté les lieux en début d'après-midi, a indiqué à l'ats Jacques Meuwly, de la police cantonale.

Dans un communiqué, le CCIS qualifie lui-même de "pacifique" le déroulement de ces manifestations organisées par des "formations d'extrême-droite et chrétienne". "Blancho dehors!", pouvait-on lire sur des pancartes, en référence au président du CCIS, le Biennois converti à un islam rigoriste Nicolas Blancho.

Justice
Quatorze orateurs suisses et étrangers se sont exprimés sur le thème de la justice. Selon le communiqué, le porte-parole du CCIS Qaasim Illi a critiqué dans son discours l'absence d'unité des musulmans, qui est justement importante pour lutter contre les injustices.

La conférence s'est déroulée sans son orateur vedette Mohammed Al-Arifi, déclaré persona non grata par l'Office fédéral des migrations (ODM). L'absence du prédicateur saoudien ne semble pas avoir eu une influence négative sur le nombre de visiteurs, selon le CCIS.

Correction "light"

L'annonce de la venue de Mohammed Al-Arifi avait fait des vagues dans le canton de Fribourg. Tour à tour l'UDC, le PDC et le PCS ont manifesté leur mécontentement.

Il a beaucoup été question d'une vidéo visible sur YouTube dans laquelle l'homme expliquait comment corriger son épouse de manière "light" sans lui "amocher" le visage. Le CCIS avait rejeté les reproches contre M. Al-Arifi, qui bénéficie, selon lui de la réputation d'être un défenseur décidé des droits de la femme dans le monde islamique.


source : http://iqna.ir
  555
  0
  0
امتیاز شما به این مطلب ؟

latest article

    Le missile balistique yéménite frappe une position militaire en Arabie Saoudite
    L’armée de l’air vise les terroristes de «Daech» dans les banlieues de Deir Ezzor, Raqqa, ...
    Le leader iranien réclame des « mesures concrètes » contre le génocide des Rohingya
    Ambassade britannique en Iran rouvrira dimanche prochain
    Un "dirigeant" de l'État islamique en Tunisie tué dans une embuscade
    MasterCard arrive en Iran
    Bpifrance se prépare pour accompagner les entreprises en Iran
    Hezbollah: le Liban ne sera jamais tombé sous le contrôle d'Al Saoud
    Anonymous déclare la guerre à la Turquie par « support » pour Daesh
    Yémen : comment l'offensive terrestre de Riyad a échoué ?

 
user comment